N’arrivant plus à faire de profits grâce à ces exhibitions, il le dépouille de tous ses biens, et l’abandonne en Belgique. Le « monstre » se révèle être un monstre de finesse et d’intelligence. Cohen, M. M., Jr.: The Elephant Man did not have neurofibromatosis. Une autre version raconte que ce serait un étudiant en médecine qui aurait mentionné à Treves cet étrange spécimen exposé dan… Il est un être humain mais son visage et son corps difforme lui valent le surnom d’Elephant Man. 29: 777-782, 1988. Véritable réflexion sur la dignité et la différence, le long-métrage s’inspire d’une histoire réelle et tout aussi tragique que celle montrée à l’écran.Né le 5 août 1862 à Leicester (Angleterre), Joseph Merrick est arrivé au monde en pleine santé. Mais à l’âge de deux ans, son corps commence à présenter de soudaines protubérances, sa tête et sa main droite atteignant une taille disproportionnée. C'est la synthèse et l'apogée du style qu'il avait inauguré avec Blue Velvet . Malgré sa bonté d’âme, il est vu comme un monstre. - Orange Genet. Le cas de Joseph Merrick intéressa nombre de pathologistes, à commencer par le docteur Treves lui-même qui, après la mort de son patient, fit une autopsie détaillée pour chercher à connaître les causes des difformités dont souffrait celui-ci. PODCAST. Expulsé du domicile par son père[3], il se réfugia un temps chez son oncle Charles Barnabus Merrick, avant de se faire admettre en décembre 1879 à l'hospice pour pauvres de Leicester. C’est grâce au Professeur Treves que nous connaissons la vie de John Merrick et également son apparence. Des examens post-mortem révéleront qu’il souffrait du syndrome de Protée, une maladie caractérisée par une croissance importante des os et de la peau entre autres. Ne pouvant dormir étendu, il devait d'ordinaire dormir la tête penchée vers l'avant. On écarta l'hypothèse du choc avec un éléphant ainsi que celle de l'éléphantiasis, maladie d'origine parasitaire, fréquente dans les pays tropicaux mais rare en Europe. En 1884, le chirurgien Frederick Treves (1853-1923) rencontre John Merrick, dont le corps difforme est exhibé sans ménagement par un forain qui le présente comme l'Homme-Éléphant. Là encore, il fut contraint d'arrêter de travailler. Il vécut en Angleterre pendant l'ère victorienne. Exhibé pour quelques piécettes aux badauds en mal de sensations, il est secouru par le Dr Treves. Dépouillé de ses économies par l'impresario autrichien qui l'exhibait sur le continent, il dut rentrer en Angleterre[9]. Les premiers signes de difformité, une excroissance qui lui déformait la bouche, apparurent vers l'âge de 21 mois. Le véritable héros de l’histoire n’est pas le monstre pourtant, mais celui qui lui est confronté. À 28 ans, Joseph Merrick ne supporte plus son corps boursouflé. ELEPHANT MAN, à la fois très proche esthétiquement de l’univers de Lynch, se distingue de ses films plus pessimistes ou alambiqués tels que Eraserhead ou Une histoire Vraie. Synopsis : Londres, 1884. Il contacte Sam Torr, directeur du Gaiety Palace of Varieties, qui en fait un phénomène de foire dans des expositions itinérantes. Joseph Merrick : le vrai Elephant Man (19 min 59, 1080i upscalé) : documentaire sur l'histoire vraie dont est adaptée le film; Galerie photos (1080i), pas particulièrement fournie... Interview de David Lynch par Mike Figgis (19 min 47, 1080i upscalé, 2006) : interview assez surréaliste du réalisateur sur ses méthodes de travail. Il l’examine et commence à nouer une relation avec lui.À Londres, Joseph Merrick mène une vie très solitaire. « Je ne suis pas un animal, je suis un être humain » : la réplique culte est aujourd’hui citée par nombre de gens qui n’ont même jamais vu le film… Histoire vraie ayant accédé au rang de mythe, le cas de Merrick a de quoi fasciner. Proc. Elephant Man Frederick Treves. Greenwood Genet. L'histoire vraie de Joseph Merrick (John Hurt), surnommé Elephant Man à cause des difformités impressionnantes de son corps.Phénomène de foire exhibé aux foules peu charitables il attire la curiosité du chirurgien Frederic Treves (Anthony Hopkins).Avec le temps, les deux hommes vont communiquer, dévoilant que Merrick est un homme sensible et intelligent. Resté célèbre pour son noir et … Sa mère mourut alors qu'il était âgé de 11 ans. Son père se remaria, mais sa belle-mère ne voulait pas d'un enfant « monstrueux ». Après avoir vu le spectacle, le chirurgien « emprunta » Joseph Merrick à Tom Norman pour une observation plus détaillée dans son bureau du Collège royal de médecine. Elephant Man, chef-d'œuvre de David Lynch, fête cette année ses 40 ans. Joseph Merrick, alias Elephant Man, le phénomène de foire Joseph Merrick n'est pas un personnage de fiction, mais un Anglais, né le 5 août 1862 à Leicester en Angleterre. Malgré tous les problèmes qu'il a eu au cours de sa brève vie, Joseph Merrick était un homme rempli de gentillesse et de douceur, ainsi que d'une grande intelligence. Celui-ci et trois de ses associés organisèrent son exhibition sous le nom d'« Homme Éléphant » dans des salles itinérantes[5]. Neurofibromatosis 1: 260-280, 1988. En 1980, c’est le film de David Lynch qui fait entrer Elephant Man dans la culture populaire. Resté célèbre pour son noir et blanc charbonneux et … Version restaurée. Pourtant, l'histoire de John Merrick, alias "Elephant Man", est authentique. Le D Frederick Treves (Anthony Hopkins), grand chirurgien réputé de Londres, intrigué par l'apparence visuelle terrible de l'homme-éléphant, présentant d'atroces difformités monstrueuses qu'il n'avait de sa vie encore jamais vues de se… Elephant Man : Toutes les informations de diffusion, les bandes-annonces, les photos et rediffusions de Elephant Man avec Télé 7 Jours Cohen, M. M., Jr. : Further diagnostic thoughts about the Elephant Man. Streaming - Elephant Man - L'histoire vraie et poignante de l'homme éléphant, second film de David Lynch. Après le choc Eraserhead, Stuart Cornfeld lui propose de réaliser un long métrage. Le squelette préservé de Merrick a été exposé à l'hôpital du Collège de médecine de Londres. En réalité, Elephant Man est une version romancée de la vie de John Merrick (de son vrai nom Joseph Merrick). La présence brute de JoeyStarr, secondé au plateau par Béatrice Dalle, traduit le pouvoir de fascination de Merrick. La courte vie de Joseph Merrick, popularisée par le film de David Lynch dans les années 80, est jouée pour la première fois sur une scène française. Am. Je connais de nom le film ‘'Elephant Man'' de David Lynch, mais ce n'est que très récemment que je l'ai vu pour la première fois.C'est un cours pour une classe de seconde bac pro qui m'a amenée à creuser un peu le sujet. En 2019, l’auteure de sa biographie Jo Vigor-Mungovin affirmait avoir retrouvé sa tombe dans un cimetière, et appelait à l’installation d’une plaque commémorative. Elephant Man n’est pas un film culte sans raison. Joseph Carey Merrick (5 août 1862 à Leicester, Angleterre - 11 avril 1890 à Tower Hamlets, Londres) est un Britannique présenté comme phénomène de foire sous le surnom d'« Elephant Man » (« l'homme éléphant »). "Elephant Man" est, avec " Une Histoire Vraie " (1999), le film le plus accessible de la carrière de Lynch, celui qui explore une réalité « réaliste » sans partir dans les méandres de l’inconscience. #Leicester R.I.P pic.twitter.com/MNSSf68Bh2. Alors qu’il se promenait dans Whitechapel Road, il vit sur une vitrine un écriteau marqué » venez voir l’homme éléphant, mi-homme, mi-bête ». Le « propriétaire » de l'homme-éléphant se nomme Bytes (Freddie Jones). modifier - modifier le code - modifier Wikidata. J. Med. sam 16/05/2020 - 06:00. Quand la Grande-Bretagne interdit les « freak shows » en 1885, Tom Norman l’emmène en Europe. Il y fut entretenu jusqu'à sa mort apparemment accidentelle à l'âge de 27 ans, le 11 avril 1890 : il fut retrouvé à trois heures de l'après-midi inanimé, probablement mort d'étouffement après que sa lourde tête se fut renversée vers l'arrière, comprimant ainsi la trachée[11]. En 1884, le chirurgien Frederick Treves (1853-1923) rencontre John Merrick, dont le corps difforme est exhibé sans ménagement par un forain qui le présente comme l’Homme-Éléphant. L'un d'eux, Tom Norman, montreur de curiosités anatomiques, se chargea de le produire à Londres dans une boutique de Whitechapel Road en face du Royal London Hospital. His bones are @BHAandM for medical purposes but his flesh/remains were buried in consecrated ground after a small service. Curieux, Treves entra et paya les deux pennies demandés. Le long-métrage est aussi l'adaptation de deux livres, The Elephant Man and other Reminiscences de Sir Frederick Treves, et The Elephant Man, a study of human dignity d'Ashley Montagu. Pendant son sommeil, sa tête s’ést renversée en arrière, comprimant sa trachée et l’étouffant. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Center 6: 187-192, 1987. Il se met à rouler des cigares dans une usine, mais peine à accomplir sa tâche à cause de son handicap. Mais dans les quartiers populaires de l’Angleterre Victorienne, la génétique n’a pas cours. Il officia durant deux ans dans une manufacture de cigares, mais ses difformités de plus en plus handicapantes l'obligèrent à quitter son emploi. Le scientifique a rencontré Merrick dans de curieuses circonstances. Grâce à l'intervention du directeur du Royal London Hospital, Francis Culling Carr-Gomm, qui fit paraître dans le Times une annonce pour recueillir des fonds afin de subvenir aux besoins et au logement de l'« Homme Eléphant » et au soutien de la reine Victoria, Joseph Merrick put vivre ses derniers jours comme résident permanent de l'hôpital de Londres[10]. Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Anne-Sylvie Homassel Postface d’Anne-Sylvie Homassel. Après avoir causé un attroupement à la gare de Liverpool Street à Londres, la police prit contact avec le docteur Treves, qui le prit en charge. S’il ne peut parler, il apprend tout seul à lire et à écrire. En 1884, à Londres, John Merrick, dit « l'homme éléphant » (John Hurt) est un phénomène de foire comme nombre d'êtres humains affectés de difformités ou d'anomalies physiques congénitales graves. Le cinéaste américain met en scène en 1980 la vie d’Elephant Man, déshumanisé à cause de ses difformités, dont le parcours sera aussi adapté sur les planches en 2014 (avec Bradley Cooper dans le rôle-titre). Son nom de scène est tout trouvé : « Elephant Man », proclament les affichettes obscènes. Adapter Elephant Man aujourd’hui, c’est penser le monstre au temps présent et en donner une traduction contemporaine. Le sort réservé aux êtres atteints de malformation est d’être exhibés dans des foires comme des bêtes curieuses : Jamais, il ne cède à l’auto-apitoiement : « Ma forme est étrange, c'est vrai, mais me blâmer, c'est blâmer Dieu ». En 1884, il quitta l'hospice et proposa à Sam Torr, directeur du Gaiety Palace of Varieties, de le produire comme phénomène dans son théâtre. Pour son deuxième film "Elephant Man", David Lynch nous raconte le parcours (romancé) de John Merrick, plus couramment et cruellement appelé Elephant Man à cause de ses malformations. Sorti en 1980 aux Etats-Unis et en 1981 en France, Elephant Man reste un des films les plus déchirants qui soient. Sorti en 1980 aux Etats-Unis et en 1981 en France, Elephant Man reste un des films les plus déchirants qui soient. Les thèmes brassés par le film sont tous universels tant ils font partie de la vie et de la société. Né à Leicester, fils de Joseph Rockley Merrick et Mary Jane Potterton, Joseph Merrick était l'aîné d'une famille de trois enfants, dont son frère, William, et sa sœur, Marion. Il était connu en raison de la difformité extrême de son corps et fut un cas étudié par la médecine britannique. Le Dr. Frederick Treves (incarné par Anthony Hopkins dans le film), chirurgien exerçant juste en face au Royal London Hospital, l’aperçoit ainsi pour la première fois. Dans la biographie que le médecin Frederick Treves lui consacra en 1923, L'Homme Éléphant et autres souvenirs, il le prénomma John au lieu de Joseph. Mais des recherches génétiques faites à partir de ses ossements ont permis d'établir qu'il souffrait en fait du syndrome de Protée[12],[13],[14], une maladie génétique qui affecte la croissance des tissus et produit elle aussi des déformations. Seule piste d'explication possible : le traumatisme que sa mère Mary a éprouvé, alors qu'elle était enceinte, en étant bousculée par un éléphant. C'est lors de son séjour en 1882 qu'il se fit retirer une partie de l'excroissance qui déformait sa lèvre supérieure et lui donnait l'apparence d'une trompe[4]. Summary: Cette histoire vraie fut à l'origine du célèbre film Elephant Man de David Lynch. Elephant Man de David Lynch, en salles ce 22 juin en version restaurée 4K. Sans le sou, brutalisé à la maison, il n’a qu’une seule échappatoire : fuguer. À l’âge de 11 ans, le garçon perd sa mère d’une pneumonie, puis sa belle-mère l'oblige à quitter l’école pour travailler. Le film prévient dans un carton initial, il s’inspire de faits réels. Joseph Carey Merrick (5 août 1862 à Leicester, Angleterre - 11 avril 1890 à Tower Hamlets, Londres) est un Britannique présenté comme phénomène de foire sous le surnom d'« Elephant Man » (« l'homme éléphant »). Sa tentative de faire de la vente en porte-à-porte s’avère aussi un échec… Son apparence effraie les potentiels clients. Fable sur le droit à la différence, l’incitation à la tolérance, la trop bavarde pièce de l’Américain Bernard Pomerance (1979) est tirée d’une histoire vraie. Joseph Merrick attribua à cet incident la cause de ses malformations[2].